Spectacles de Théâtre : Les lettres de mon moulin , et Les étoiles 17 et 18 juin 21h30

La commune de Ponteils propose deux spectacles de théâtre les 17 et 18 juin à 21 h 30 issus des Lettres de Mon Moulin,  conçus, mis en scène et joués par l’acteur Philippe CAUBERE.

RESERVATIONS : 06 47 35 75 35

tarifs : adultes 15 €, moins de 18 ans 5 €, moins de 12 ans gratuit

Alphonse Daudet. L’auteur des Lettres de mon moulin naît le 13 mai 1840 à Nîmes. Issu d’un milieu bourgeois, Alphonse voit sa famille s’enfoncer dans la ruine, au fil des spéculations hasardeuses de son père. Cela pousse la famille à s’exiler à Lyon, où le « Petit Chose » fait des études, qu’il ne peut pousser jusqu’au baccalauréat. Pour vivre, il devient répétiteur au collège d’Alès, comme on appelait alors les « pions », avant de rejoindre à Paris son frère Ernest, journaliste en vue (1857). Il fréquente le meilleur milieu littéraire et politique, de Gambetta ou Vallès, à gauche, jusqu’à Barbey d’Aurevilly et Rochefort, le polémiste le plus redouté de son temps.
Alphonse publie en 1858 un recueil de poèmes intitulé les Amoureuses, au succès très mitigé. Le départ de son frère l’oblige à s’engager dans un métier rémunéré : il est embauché comme chroniqueur au Figaro.
Il trouve le temps de rédiger – sans grand succès – quatre pièces de théâtre et, enfin, le Petit Chose, portrait doux-amer de son enfance, qui paraît en feuilletons à partir de 1867. De 1866 à 1869, il rédige et publie les chroniques qui, en 1869, forment les Lettres de mon moulin. C’est un succès colossal. Daudet est définitivement lancé.
L’ensemble du recueil offre aux Parisiens déjà saturés de toutes les malédictions urbaines le dépaysement qu’ils appelaient de leurs vœux. Tout le Sud défile sous leurs yeux par la grâce d’un conteur de première force.
Pourtant, les Lettres de mon moulin, sont loin d’être un pur répertoire des beautés du soleil. Un fond de mélancolie habite plusieurs récits. Au côté du Daudet poète, il y a un Daudet réaliste, et même naturaliste, dans la droite ligne des écrivains de son temps, Zola ou les Goncourt. Daudet oscille ainsi de la franche gaieté à l’ironie cinglante et même à la mélancolie la plus morbide.Il meurt en 1897 des complications d’une syphilis contractée dans sa jeunesse et qui l’aura fait souffrir toute sa vie.

Philippe Caubère le 22 juillet 2020
1er spectacle, partie 1 des Lettres de Mon Moulin
Attention ! Ceci n’est PAS une lecture… ! Je sais ce qu’est une « lecture jouée » pour avoir souvent sacrifié à l’exercice. Tous mes spectacles bâtis sur des textes qui n’étaient pas de moi : Aragon, Montcouquiol,  Benedetto, Suarès ou Pagnol, sont tous passés par cette étape. Et puis Alain Cuny avec Claudel, Fabrice Luchini avec Céline, Jouvet et d’autres, plus près de moi Michel Galabru avec les lettres de Raimu, ont donné et donnent à ce genre ses titres de noblesse. Mais je vous le dis franchement, quelque valables que soient ces exceptions, la lecture, jouée ou non, reste pour moi le degré zéro du théâtre. Apprendre le texte m’en paraît être le degré un, le mettre en scène le degré deux, et le jouer, — sauf qu’attention : le BIEN jouer ! — le degré trois. Mais ça… c’est une autre affaire ! Au sujet de laquelle on ne peut, hélas, faire aucune promesse, ni donner de garantie. Juste en émettre l’espoir. Et s’y employer avec le plus de force, de patience et d’acharnement possibles. Ceci n’a rien à voir, je le précise, avec un choix qui serait moral ou professionnel. Non : c’est un choix artistique. Apprendre le texte, « par cœur » comme on dit, c’est choisir de le pénétrer plutôt que de le survoler, l’explorer plutôt que de se contenter de le visiter ou de « se laisser traverser » par lui, comme le veut une certaine mode. C’est s’en imprégner enfin, en jouir, en souffrir, bref se l’approprier. Pour avoir une chance, une seule petite, de pouvoir un jour l’incarner comme si on l’avait écrit. Jouer les Lettres de mon moulin comme si c’était moi qui les avais pensées, imaginées. Comme si je m’en étais souvenu. Comme si je les avais vécues.
Je ne vais pas essayer de me lancer dans de grandes théories littéraires ou théâtrales, — encore moins politiques…— pour m’expliquer ou me justifier sur le choix de monter et jouer Alphonse Daudet plutôt tel auteur ou que telle autre, puisqu’en définitive, la seule chose qui m’ait vraiment motivé, c’est l’envie de m’amuser et d’amuser les autres, petits et grands. Et si possible, de les toucher. À part une autre, plus particulière et personnelle : après l’Adieu à Ferdinand, je savais qu’un vide se ferait sentir et qu’il me faudrait quelque chose de fort pour ne pas y sombrer. Une chose qui me ramène à l’enfance, la mienne comme celle de tout le monde. L’enfance de l’art aussi. Voilà, juste ça : des histoires, des paysages, des personnages, des accents. Et un pays. Le mien : la Provence.
Spectacle conçu, mis en scène et joué  par Philippe Caubère 

 (1h35). Installation, La diligence de Beaucaire, Le secret de Maître Cornille  La chèvre de Monsieur Seguin, L’Arlésienne, La légende de l’homme à la cervelle d’or,   Le curé de Cucugnan, Le poète Mistral.

2ème spectacle : Les Étoiles
Spectacle issu des Lettres de mon moulin d’Alphonse Daudet,choisies, présentées, mises-en-scène et jouéespar Philippe Caubère.

On va se dire : « Encore Daudet ? ». Oui : encore. J’ajouterais bien : « jamais assez », mais ce ne serait pas vrai puisque c’est là sans doute que s’arrêtera ma collaboration (si j’ose dire) avec cet immense écrivain et cette œuvre unique au monde. On peut tomber amoureux d’un auteur mort et de son œuvre — qui en est un peu le corps vivant — comme d’une femme. Or l’amour ne compte pas. On en a jamais assez. On en veut toujours plus. Même si, à moment donné, il faut savoir se calmer, sans quoi les choses pourraient mal tourner… On sait maintenant, grâce à Rita Mitsouko et à la grande voix de Catherine Ringer, que « les histoires d’amour finissent toujours mal ! » On en restera donc là…
Cet épisode sera composés de Lettres peut-être moins connues, comme les histoires corses ou celle de l’humoriste Bixiou, mais d’autres très connues au contraire comme celles des Vieux ou des Étoiles — qui donne son titre à la soirée. Plus romantique, — l’amour en sera le sujet principal — plus romanesque aussi que les deux précédents, cet épisode nous sortira du fameux « moulin » originel pour un fabuleux voyage, du golfe d’Ajaccio et du détroit de Bonifacio aux rives sauvages des iles Lavezzi, et de « la petite ville » d’Arles et du quai du Pont de Giraud aux contreforts du Luberon ; en passant par Eyguières et… par Paris.
Les grandioses polyphonies corses, les blues âpres de Johnny Cash et de Howlin’Wolf, comme la guitare de Gérard Cousin égrenant avec délicatesse les mesures de Philip Glass nous y accompagneront.
 Liste des titres : Le Phare des Sanguinaires, L’Agonie de « La Sémillante », Les Vieux, Le portefeuille de Bixiou, En Camargue (Le Départ, La cabane, Le Vaccarès) et  Les Étoiles.

Durée du spectacle : 1h35 environ.

Extraits de presse des lettres de mon moulin :

EXTRAITS PRESSE LETTRES DE MON MOULIN
Philippe Caubère

 MARIANNE
Philippe Caubère emmène en tournée des « Lettres de mon moulin » auxquelles il donne une incarnation charnelle jubilatoire.

LE FIGARO MAGAZINE
Que le peuple soit debout à la fin du spectacle pour l’applaudir est le signe d’une curiosité littéraire qui nous réjouit.

LA PROVENCE
En mode Marx Brothers et Buster Keaton, Philippe Caubère nous réserve une leçon de théâtre à nulle autre pareille…

L’EPATANT
Il faut courir voir ces lettres. Et y emmener vos parents, enfants, élèves et amis. Il faut rêver, partir loin, au pays des cigales, du mistral et de Frédéric Mistral

LE PELERIN
Ce spectacle évoque le voyage éternel entre Paris et la province…aux accents chantant, vestiges de notre magnifique langue d’oc.

LE PARISIEN
Ces lettres s’avèrent bien plus riches et fécondes, graves, violents et drôles. La Provence et des histoires peuplées d’une galerie de personnages.

LE FIGARO
L’acteur conteur se plait à jouer ces textes burlesques ou graves qui mettent en scène la comédie humaine sous le soleil.

CORSE-MATIN
Acteur-auteur, auteur-créateur, il dessine les hommes, rappelle leurs mémoires, écrit la musique se ces histoires qu’il joue.

LE CANARD ENCHAINE
Il suffit que dans « Les Trois Messes Basses » il nous fasse le curé, et les paroissiens, le clerc Garrigou, la vieille douairière pour que tout ressurgisse…l’esprit d’enfance, l’émerveillement.

CAUSEUR
Daudet poussiéreux ? Non, puisqu’il vit devant nous, sautille, s’agite, chuchote, hurle, rit et souffre, nous tire les larmes des yeux.

 L’HUMANITÉ
… La chèvre de M. Seguin . Elle devient par la magie des mots prononcés, un régal philosophique

LE PROGRES
Extraordinaire Philippe Caubère ! La salle était plongée dans l’hilarité la plus totale, chacun étouffant de rire sous son masque.

L’OFFICIEL DES SPECTACLES
« Provence mon amour » – Il s’en donne à coeur joie en interprétant « avé l’assent » des personnages hauts en couleur…

CORSE-MATIN
Acteur-auteur, auteur-créateur, il dessine les hommes, rappelle leurs mémoires, écrit la musique se ces histoires qu’il joue.

Du lundi 17 octobre au samedi 19 novembre – Expo photo au centre hospitalier

 PONTEILS – L’ŒIL DE CLEMENT, PHOTOGRAPHE

DU LUNDI 17 OCTOBRE AU SAMEDI 19 NOVEMBRE

EXPO PHOTO AU CENTRE HOSPITALIER

// Clément GIORDANO, photographe et employé du centre hospitalier.  Découvrez les photographies exposant la richesse de la vie végétale et animale cévenole,  dans le hall et la salle du conseil de surveillance. Tout public.

Réservation au 04 66 56 47 00.

Rendez-vous au Centre Hospitalier : horaires ?

———–

Les animations se dérouleront selon les conditions sanitaires en vigueur.

 Toutes les informations concernant l’abc sont disponibles sur :

https//abcstandreponteils.wordpress.com/

Mercredi 24 aout de 18 h à 21 h 30 – Animation : Ca criquète ou ça stridule ?

 

Le Portaou – SAINT ANDRE – CRIQUETS SAUTERELLES ET GRILLONS !

MERCREDI 24 AOUT DE 18 H A 21H30

CA CRIQUETE OU CA STRIDULE … QUI EST-CE ? BALADE

// Emeric SULMONT, Parc National des Cévennes.  Criquets, sauterelles, grillons. Ils criquètent ou stridulent et on dénombre plus de 51 espèces sur les communes de St André et Ponteils. Emeric SULMONT du Parc National des Cévennes vous propose une petite balade à la tombée de la nuit et un diaporama pour découvrir le monde sautillant des orthoptères. Ce sera l’occasion de faire le point sur la richesse remarquable de ce territoire.  Adultes et enfants accompagnés à partir de 5 ans. Prévoir des chaussures de marche, un pique nique, de l’eau et une lampe frontale. Réservation au 04 66 46 87 30 (OT de Villefort). Rendez-vous au gîte “Au Portaou” à partir de 18h. Possibilité de réserver un pique-nique (buffet froid) au 06 34 29 11 84, avant le 18 août – prix 10 euros; Jauge maxi : 16 personnes.  

 

 

 

 

 

 

 

 

….

 

 

Mardi 09 aout de 9 h à 12 h – Animation “Jardinez nombreux “

PANZOLLES – PONTEILS  – BONJOUR HERBES FOLLES !

9  AOUT DE   9 H A 12H

JARDINEZ NOMBREUX !

// Prune PELLET, Racines de Terriens.  Découvrez de manière scientifique et ludique un jardin en étant guidé par son jardinier : Que nous disent les plantes sauvages, le sol, des pratiques du jardinier. Mini diagnostic du sol et échange de pratiques (fumier, paillage, eau…) Adultes et enfants accompagnés, à partir de 7 ans. Réservation au 06 5136 39 81 ; Rendez-vous à Planzolles Haut, à la sortie du hameau, terre plein parking sur  la gauche en venant de Concoules, puis visite du jardin de Jean Pierre BOUTONNET en contrebas à droite.

Mercredi 27 juillet de 9 h à 13 h – Balade en forêt.

SAINT ANDRE – LA FORÊT UN BLOTISSOIR!

MERCREDI 27 JUILLET DE 9 H A 13 H

BALADE EN FORET

// Centre National de la Propriété Forestière et Parc National des Cévennes. Apprendre à observer les richesses de la forêt, découvrir les différents milieux et interactions entre plantes, champignons, oiseaux, insectes… Identifier les essences, le rôle des arbres… Des forestiers du CNPF et du PNC guideront cette balade. Bonne mobilité. Prendre des chaussures de marche, de l’eau et une tenue adaptée, ainsi qu’un pique nique. Tout public. Réservation : 06 73 84 89 23 ou christine.boyer@cnpf.fr. Rendez-vous devant la mairie de Saint André.

Jeudi 21 juillet – Animation : Papillonnons- Inventaire participatif – Balade

PAPILLONNONS !

21 JUILLET  DE 9 H A 12 H30

INVENTAIRE PARTICIPATIF, BALADE – VIELVIC

// Cyril SOUSTELLE, Département du GARD. Venez découvrir et reconnaitre les papillons de    nos communes, vous apprendrez à les reconnaitre : habitat, alimentation,  cycle de vie…  Tout public, bonne mobilité nécessaire, se munir de      chaussures de marche, d’un chapeau et d’une bouteille d’eau.

            Rendez-vous : Place de Vielvic à côté de la chapelle. Réservation :  Juan Pablo Rodriguez,  Syndicat des Hautes Vallées Cévenoles ; 07.77.91.43.44  ou natura2000hauteceze@smhvc.fr

 

Samedi 9 juillet de 14 h à 17 h – Animation Bonjour herbes folles !

BONJOUR HERBES FOLLES !

SAMEDI 9 JUILLET DE  14 H à 17H SAINT ANDRE CAPCEZE

JARDINEZ NOMBREUX !

// Prune PELLET, Racines de Terriens. Découvrez de manière scientifique et ludique un jardin en étant guidé par son jardinier : Que nous disent les plantes sauvages, le sol, des pratiques du jardinier. Mini diagnostic du sol et échange de pratiques (fumier, paillage, eau…) Adultes et enfants accompagnés, à partir de 7 ans. Réservation au 06 5136 39 81

Rendez-vous à Vielvic sur la place à côté de la chapelle, puis visite du jardin de Jean MICHEL

Vendredi 10 juin à 14 h. Film Le bien être en herbe. Savoir des anciens sur les plantes

SAINT ANDRE CAPCEZE

LE BIEN ETRE EN HERBE, UN FLM DE RAYMOND ACHILLI

10 JUIN A 14 H

APRES MIDI CINEMA : LE SAVOIR DES ANCIENS SUR LES PLANTES, LEURS VERTUS ET LEURS USAGES

//Film de Raymond ACHILLI «  Le bien être en herbe »: se nourrir et se soigner avec les plantes, selon les savoirs ancestraux cévenols. En présence de l’ethnobotaniste Alain RENAUX.

Réservation : 06 32 22 27 05 (Jauge 60 personnes). Rendez-vous salle communale de Saint André Capcèze.

Mercredi 27 avril de 14 h à 17 h – Sur les traces des animaux.

SUR LES TRACES DES ANIMAUX

MERCREDI 27 AVRIL 14 H à 17 H

RANDONNEE, CAPTURES VIDEO, EMPREINTES ET TRACES

// Manuel JACQUET, A pas de Loup.

Partir en forêt hors des sentiers, suivre les empreintes d’un chevreuil, découvrir le terrier d’un blaireau, trouver des restes de repas du renard, écouter le chant des oiseaux… tomber sur de belles surprises en relevant les captures vidéo. Tout public à partir de 6 ans. Bonne mobilité nécessaire. Chaussures de marche, sac à dos, vêtement de pluie, eau. Réservation au 06 70 00 12 46

Rendez-vous à la mairie de Ponteils.

Mardi 29 mars 2022 – Conférence sur les animaux sauvages au Centre Hospitalier

     BONS ET MAUVAIS ANIMAUX SAUVAGES – MARDI 29 MARS 14 H30

CONFERENCE, PROJECTION, DEBAT // Marie-Lucy Dumas, historienne.

Animaux sauvages dans la   tradition, les contes et croyances des paysans des terres de Ponteils et alentours par rapport à la vie quotidienne. Tout public.

Réservation au : 04 66 56 47 00 ou au 04 66 56 47 71

Rendez-vous dans la salle du conseil de surveillance du centre hospitalier de PONTEILS